Accueil
Historique
Villages d'enfants
Aide aux familles
Ecole pour tous
Le bidonville
Portraits d'enfants
Faits et chiffres
Carte
Galerie de photos
Pour aider

 

Les villages d'enfants

 

 

Mille cent enfants, garçons et filles de 5 à 18 ans, vivent dans les onze villages de la Boys Town Society, BTS parce que leurs familles ne peuvent pas les garder ou qu'ils sont orphelins. Ils y sont accueillis en pension complète et rentrent chez eux pendant les vacances quand ils en ont la possibilité.

Ils vont à l’école publique et reçoivent une formation professionnelle à l’issue de l’équivalent de notre classe de seconde ou de terminale.

Nous leur avons rendu visite

Chaque enfant est parrainé par un donateur qui assure ses frais d’hébergement (l’école publique est gratuite). Les parrains reçoivent deux cartes par an de leurs filleuls (es) et sont informés de la vie du village de l’enfant. Ces comptes-rendus sont rédigés par des bénévoles britanniques, membres de la Joe Homan Charity, JHC, en visite sur place et accompagnés par un interprète.  Je me suis jointe à eux, au début de cette année 2007.

En tant que représentants des donateurs et de JHC, ces visiteurs portent un regard extérieur sur la vie des villages et l’activité de BTS. Les deux associations sœurs entretiennent ainsi des relations de collaboration.

Fils d’un producteur de bulbes, lui-même amoureux des fleurs, Joe Homan, le fondateur, a visiblement porté un soin particulier à la construction de ses villages d’enfants. Il les a installés dans des endroits magnifiques.

Tous sont constitués d’un ensemble de maisons à toits en terrasses sur lesquels dormir à la saison chaude. En hiver (janvier, février) - ou ce qui en tient lieu au Tamil-Nadu! - les villages disparaissent sous de grands bougainvilliers orange et pourpres qui les ornent à profusion.

De façon moins visible, tous les villages sont alimentés en eau et équipés de fosses septiques ainsi que d’un système de potabilisation. Les maisons, chacune partagée par une dizaine d’enfants ou d’adolescents, ont l’électricité.

Ces commodités peuvent sembler aller de soi. Il n’en est rien pourtant dans la campagne du Tamil Nadu où beaucoup d’habitations sont encore en terre et recouvertes de toits de chaume ou de branchage. Celles-ci  résistent mal à la mousson et ne disposent d’aucun confort moderne ou presque. La moitié seulement sont reliées à l’électricité et beaucoup n’ont pas l’eau courante. Des réservoirs publics ou des fontaines sont alimentés en eau potable par l’Etat.

Beaucoup de villageois, de simples ouvriers agricoles, sont d'ailleurs si pauvres qu’ils ont accès à des magasins d’Etat où leur sont vendus du riz, de l’huile, du kérosène pour les lampes, à prix subventionnés.

Par comparaison les enfants de l'association, Eswaran, Ramia, Vairalingam et les autres, pensent évidemment qu’ils ont une chance folle ! Leur vie est des plus simples pourtant.

Vers 8 heures, à l’heure du petit-déjeuner composé d’un plat de riz assaisonné, ils ont déjà bien entamé leur journée. Levés dès cinq heures, ils ont eu le temps de faire le ménage de leurs maisons et de travailler une heure dans les champs ou à l’entretien du terrain. Lavés, habillés de propre et souvent en uniforme,  ils se préparent à partir à l’école.

A leur retour, vers 16h30 et après s’être changés, ils s’adonneront à nouveau aux corvées habituelles, balayage, arrosage des plantes avant un rapide goûter.

Leur éducation est inspirée de celle dispensée par les pensionnats anglais. Traditions british obligent,  leur emploi du temps quotidien comporte ainsi une heure de sport (cricket, football, volley et jeux locaux). Ils participent aussi à de nombreux clubs (philatélie, ornithologie, artisanat, entraide...) et partent chaque mois en sortie récréative ou culturelle.

Un soir ordinaire de semaine, après une heure de sport et un temps d'étude, ils dînent frugalement vers 19h30. Les aînés disposent ensuite d’un peu de temps libre alors que les plus jeunes vont dormir sur la simple natte qui leur sert de matelas.

 

Accueil
Historique
Villages d'enfants
Aide aux familles
Ecole pour tous
Le bidonville
Portraits d'enfants
Faits et chiffres
Carte
Galerie de photos
Pour aider