Accueil
Historique
Villages d'enfants
Aide aux familles
Ecole pour tous
Le bidonville
Portraits d'enfants
Faits et chiffres
Carte
Galerie de photos
Pour aider

 

Eswaran, Ramia, Vairalingam et les autres

 

 

Vahini, 16 ans, est l’étoile des filles du village d’Ulagani où un Programme de Lutte contre le Travail des Enfants (CLP) est en place. La jeune fille est en seconde et réussit avec éclat. Elle veut devenir cardiologue. Son parrain anglais est lui-même médecin, c’est une chance pour elle.

Le père de Vahini est le tailleur du village, sa mère se consacre à sa famille. Tous deux sont allés à l’école et peuvent aujourd’hui aider efficacement leurs deux enfants qu’ils encouragent à poursuivre leurs études autant que possible.

Les compagnes de classe de Vahini n’ont malheureusement pas autant  de soutien. Leurs parents, de simples ouvriers agricoles, sont analphabètes et ne peuvent que les laisser progresser par elles-mêmes. Leurs résultats en pâtissent naturellement. Toutes auront néanmoins vécu une enfance « normale » et seront mieux à même de suivre la scolarité de leurs propres enfants.

Eswaran, 15 ans, a intégré cette année un village d’adolescents. Sa famille surendettée ne réussissait plus à faire face à l’éducation de ses quatre enfants.

Eswaran est doué en mathématiques, sociable et plein d’humour. Il ne craint pas de taquiner les « gros bras » de  son village qui lui répondent en riant et le laissent dire.

Il a ainsi réussi un exploit pour un nouvel arrivant : se faire élire « chief minister » ! Le « chief minister » - c'est à dire Premier ministre - est, comme dans les écoles privées britanniques, à la tête du conseil d’enfants qui collabore à l’administration du village.

Ses sœurs ne lui manquent-elles pas trop ? Eswaran répond en haussant les épaules. Il essaie de ne pas trop penser à sa famille. Il veut étudier de son mieux pour la remplir de fierté et pouvoir l'aider plus tard.  Lui aussi veut devenir médecin, un rêve partagé par beaucoup d’enfants indiens brillants.

Ramia, 10 ans, a été accueillie, il y a trois ans, au sein d'un village d'enfants. Sa mère, abandonnée par son mari, ne parvenait plus à subvenir aux besoins de ses deux enfants.

D’un naturel très gai et vivant, Ramia s'est bien adaptée à sa nouvelle vie et s'est épanouie. Elle est maintenant en 6ème et devrait intégrer l’année prochaine un village pour adolescentes. Ramia a toujours fait preuve de talent artistique mais aussi de courage et de réalisme. Elle veut d'abord acquérir un bon métier pour pouvoir aider sa mère plus tard. Elle lui voue une affection et une reconnaissance sans limites et la retrouve régulièrement.

Senthurapandi est orphelin. Il a grandi dans un village d’enfants et vit maintenant dans un village pour adolescents. Personne ne doute de ses capacités intellectuelles, surtout pas lui même. A douze ans, Senthurapandi est en effet un garçon manifestement doué. Il sait déjà qu’il veut devenir ingénieur informaticien. 

Il a la chance d’être élève d’une école locale catholique de très bon niveau qui accueille indifféremment une majorité d’enfants hindous mais aussi des musulmans et des chrétiens. La tolérance religieuse est ici de règle.

Senthurapandi, qui aime les activités d’intérieur, est membre du club de numismatique de son village et fait aussi collection de timbres. C’est surtout un garçon sociable. Il s’est fait beaucoup d’amis parmi les garçons du village, des amis qu’il gardera peut-être pour sa vie entière.

Vairalingam (chemise à carreaux bleus) a 10 ans. C’est le genre d’enfant que l’on n’oublie plus quand on l’a rencontré. Trapu, plein d’assurance, il visse des yeux noirs et brillants sur son interlocuteur.

Vairalingam vivait chez ses grands-parents quand il a été accueilli par la Boys Town Society. Comme Eswaran, Vairalingam est « chief minister » de son village. Il ne semple pas, pour sa part, avoir beaucoup d’humour. En revanche, il est armé d’une motivation sans faille et est persuadé de l’importance de sa tâche. Il lui revient, dit-il, "d'être attentif aux autres enfants, les conseiller, les aider si nécessaire… »

Plus tard, Vairalingam veut devenir policier: les malfaiteurs n’auront qu’à bien se tenir !

 

Accueil
Historique
Villages d'enfants
Aide aux familles
Ecole pour tous
Le bidonville
Portraits d'enfants
Faits et chiffres
Carte
Galerie de photos
Pour aider