Sommaire  Tous les livres  Couvertures BD Musique  Arbres généalogiques Votre pastiche
Recherche


Sarah Hoyt, ou "l'obsession des mousquetaires"

Sarah Hoyt est une écrivain américaine d’origine portugaise. Née en 1962, elle est l’auteur de nombreux romans populaires pour lesquels elle utilise différents pseudonymes. Sa passion pour Dumas lui a fait écrire deux séries différentes inspirées de la trilogie des mousquetaires. Les Musketeer’s mysteries, sous le nom de Sarah D’Almeida, sont des romans policiers dans lesquelles les quatre héros résolvent toutes sortes d’énigmes. Cinq volumes sont parus à ce jour : Death of a musketeer, The musketeer’s seamstress, The musketeer’s apprentice, A death in Gascony et Dying by the sword. La série The vampire muketeers, dans laquelle les vampires envahissent le monde des mousquetaires, comprendra trois volumes signés Sarah Marques, dont le premier, Sword and blood, est paru, ainsi qu'une nouvelle First blood.

Voir le site de Sarah Hoyt.

De nombreux écrivains ont donné des suites aux aventures des mousquetaires de Dumas, mais vous êtes peut-être la seule à avoir écrit deux séries distinctes, l’une d’histoires policières, l’autre d’histoires de vampires. Comment cela s’est-il arrivé ?

J’ai d’abord écrit les Musketeer’s mysteries parce que l’on m’a demandé de faire des propositions pour des romans policiers historiques. On m’a suggéré d’utiliser des personnages historiques ou littéraires et j’ai immédiatement pensé aux mousquetaires. La possibilité de jouer avec le monde de Dumas et, surtout, avec ses personnages était trop tentante pour la laisser passer. J’ai donc proposé Death of a musketeer, avec un échantillon de trois chapitres, et le projet a été accepté.

Quand le cinquième volume, Dying by the sword, était sur le point de paraître, la série s’est trouvée confrontée à des problèmes tenant davantage au marketing qu’à la façon dont je traitais le thème. J’étais très stressée à l’époque, et je prenais des cours de dessin parce que ça me changeait de l’écriture. Il se trouve qu’un jour, un des modèles que nous dessinions ressemblait énormément à mon image mentale de d’Artagnan – enfin, quand il ôtait ses lunettes !

Une interaction a dû se produire dans mon esprit entre le dessin et l’écriture parce que ce jour là, le temps de retourner à ma voiture à la fin du cours, je me suis retrouvée d’un seul coup avec dans la tête les trois volumes de la série The vampire musketeers, avec la tonalité du récit et des scènes complètes !

J’ai hésité un moment à écrire cette nouvelle série, parce que je craignais qu’elle « vampirise » - si j’ose dire - les récits policiers. Mais l’histoire ne sortait pas de ma tête. Du coup, j’ai écrit le premier volume Sword and blood et j’ai presque fini le deuxième. J’essaye en parallèle de récupérer les droits de la série policière pour pouvoir la continuer elle aussi. Mes fans, bizarrement, n’ont aucun problème à suivre ces visions très différentes des mousquetaires.

Qu’est-ce que Dumas signifie pour vous ?

C’est lié à mon obsession pour les mousquetaires. La première fois que je suis tombé amoureuse, ça n’a pas été d’un garçon du voisinage ni même d’une de ces vedettes de cinéma qui semblent obséder les filles. Ca m’est arrivé à l’âge de onze ans quand j’ai lu Les trois mousquetaires pour la première fois (c’était un livre de mon père ou de mon grand-père, en traduction portugaise car je vivais au Portugal. J’ai commencé à apprendre le français vers onze ans, mais je ne pouvais évidemment pas encore lire couramment à cette époque). Quand Athos apparaît pour éviter à ses amis de se faire blâmer et quand, ayant épuisé ses forces, il s’effondre, voilà, j’étais amoureuse. Son personnage continue à susciter chez moi une réaction émotionnelle très forte, comme on le voit clairement dans Death of a musketeer et Sword and blood.

Quant à ce que Dumas signifie pour moi plus généralement, eh bien je trouve que ses univers sont totalement captivants. Pour moi, Dumas est synonyme d’honneur, d’audace et d’aventure. Et il a la capacité de vous immerger dans un monde où tout cela existe effectivement.

Propos recueillis par Patrick de Jacquelot

 

 Sommaire  Tous les livres  Couvertures BD Musique  Arbres généalogiques Votre pastiche
Recherche