Sommaire  Tous les livres  Couvertures BD Musique  Arbres généalogiques Votre pastiche
Recherche

Templemar

par Christiane Blanc

 

Chapitre 6

Mensonges et confessions

 

 

Charlotte s’était précipitée hors du bureau, plus par colère que par obéissance. Mais hors de tout regard, son émotion prit le dessus et c’est en larmes qu’elle arriva à la chapelle.

La porte de l’édifice  claqua sous sa poussée. Elle  répercuta un bruit lugubre dans ce lieu humide et sombre où seuls les cierges donnaient signe de vie. Lorsque la jeune fille aperçut  le prêtre Georges en prière devant l’autel, elle courut à sa rencontre.

Il n’avait pas tourné la tête. Son cœur fit juste un bond dans sa poitrine. Il se sentait prêt, la gorge sèche. Sans un mot, il se dirigea vers le confessionnal, s’installa dans l’isoloir et tira le rideau.

Charlotte le suivit. Ces derniers sanglots moururent dans sa gorge tandis qu’elle s’agenouillait. Elle sécha ses larmes.

Ils se trouvèrent ainsi dans cette obscurité. Deux jeunes gens que tout semble désunir. L’un cherchant à lutter contre l’amour, l’autre rêvant de le trouver. Lui calme, inquiet des réactions de la jeune fille, décidé à la convaincre. Elle révoltée par le destin, acharnée à se débattre.

Dans l’étroit enclos, l’odeur du fromage avait disparu depuis longtemps, matraquée par le savon et l’encaustique. Charlotte n’eut même pas le cœur d’en rire. Sentant confusément que le prêtre Georges restait son seul espoir, la voix encore spasmodique, elle prit l’initiative de la conversation.

- Bénissez-moi mon père, commença-t-elle à genoux, les mains jointes. Je vous supplie dans mon malheur de me faire une grâce: celle de m’aider à faire revenir mon frère d’une décision aussi funeste et…

Le prêtre Georges avait décidé  d’utiliser douceur et persuasion pour obtenir l’accord de la jeune fille. C’est donc d’une voix affectueuse qu’il distilla ses réponses.

- La décision de votre famille est ferme et définitive désormais. Nous ne pouvons prolonger davantage votre noviciat.

Ce jour-là, elle ne releva pas l’objection. N’avaient-ils pas conversé tous deux sur ce sujet depuis des mois! Obsédée par l’idée de s’enfuir, elle se jeta tout à trac dans l’échafaudage de son plan.

- Si  quelqu’un acceptait de me recevoir quelque temps…

- Mais qui donc, pauvre enfant… Cessez de rêver… Vous…

- De grâce mon père, je vous en supplie, n’avez-vous pas une de vos parentes qui pourrait avoir la charité de me recevoir...

- Je n’ai rien d’autre à faire que de vous aider à accepter cette décision, mademoiselle de Backson, il est hors de question de songer à partir! D’ailleurs soyez raisonnable, comment vivre sans argent, sans dot? Avez-vous songé à cela?

- De grâce mon père… juste pour une courte période… poursuivit-elle. Si je parviens à sortir, quelque gentilhomme me remarquera bien. Il demandera ma main! Je connais suffisamment monsieur mon frère pour savoir qu’il reviendrait sur sa décision, pourvu que je lui présente un époux. Il n’aurait plus alors aucun motif de refus…

- Mademoiselle!!! Cette idée est insensée, futile et aventureuse!!! Je rajouterai même orgueilleuse!!! Il est de mon devoir de vous en avertir!

Au ton de sa voix, on aurait pu croire à l’indignation suscitée, chez un homme d’église, par la conduite d’une brebis égarée. Il n’en était rien! Le motif s’avérait beaucoup plus terre-à-terre: à  l’idée de la voir mariée avec un autre, il éprouva la violente jalousie d’un homme envers son  rival, un sentiment voisin de l’envie de tuer.

Il s’était mordu les lèvres, furieux d’avoir affiché sa colère. Se faire remarquer par un gentilhomme, telle était donc la solution échafaudée par cette jeune fille! Et comment l’admettre!

«Un autre… se murmura-t-il, la savoir dans les bras d’un autre…! Je l’aime  comme un fou! O joie!… La solution de sa famille ne devient-elle pas  la meilleure garantie de la voir tous les jours!» 

Cette dernière idée le laissa quelques instants dans une sérénité béate qui le fit rêver presque tout haut. La voir chaque jour de sa vie!…

«Non pas pour l’entraîner dans le pêché de chair, non! se dit-il, mais l’aimer en cachette, lui parler, la consoler… cela existe des amours de cette sorte, dans la quiétude de nos états! La joie d’une profonde relation fraternelle, sans bruit, dans le secret de nos églises…!»

Si la chapelle était sombre, le confessionnal était pire. La piètre lueur qui suintait d’un vitrail se traînait aux genoux de la jeune fille, réfléchissant à peine la peau claire de son menton. Le prêtre ne la voyait pas, il la devinait. Il tomba sous un charme étrange rien qu’au son de sa voix.

Croire que Charlotte s’arrêterait à l’exclamation du prêtre serait douter de sa détermination. Mue par l’énergie du désespoir, elle poursuivit, pugnace.

- Orgueilleuse! Non pas!… Mon père! murmura-t-elle, pardonnez-moi d’insister, je voulais seulement dire… Je voudrais être une honorable épouse, bien entendu, aimer mon mari, choyer mes enfants et… connaître l’amour en toute moralité bien sûr, avec ce bonheur d’être femme dont parle…

- Le bonheur d’être  femme!? Etre l’épouse du seigneur apporte une joie bien supérieure à tout autre mon enfant… une vie empreinte d’abnégation, de…

- Pardonnez-moi! murmura-t-elle soudain inquiète de la réponse du prêtre. Ne croyez pas que ma supplication soit le désir d’une inconduite! Je veux seulement dire que j’aspire à une vie de femme, à connaître les joies… que l’on éprouve dans le mariage… 

- Mademoiselle de Backson, je ne vois pas ce que vous voulez dire, et si quelqu’un vous a fait croire autre chose, sachez qu’il s’agit d’un mensonge! 

- Un mensonge mon père! s’exclama-t-elle sans maîtriser sa surprise. Vous dites qu’il s’agit d’un mensonge?… Pourtant j’ai lu…

L’insistance de la jeune fille avait juste permis au prêtre Georges de se reprendre. Il parvint à se calmer, bénissant au passage la grille qui masquait les expressions de son visage. Il décida de ne pas la brusquer pour maintenir sa confiance.

- Qu’avez-vous donc tant lu ma fille? poursuivit-il, occupé à ne pas laisser trembler sa voix. Continuez, je vous écoute…

- Hélas mon père, vous demandez à une jeune fille de raconter des confidences réservées à une amie intime. La pudeur m’interdit de…

- Je suis votre prêtre… murmura-t-il encore plus bas, soucieux de connaître le fin mot de l’histoire. Ne vous ai-je pas déjà conseillée?

- Si fait mon père!

- Ai-je une seule fois trahi vos confidences?

- Non pas!

Elle hésita. La conversation prenait une tournure imprévue. Elle pouvait devenir embarrassante, voir même contrecarrer le but qu’elle s’était fixé. Mais comment rattraper une exclamation de surprise? Il fallait agir. Pour l’heure elle choisit de se confier. De toute façon, elle avait trop parlé!

- J’ai lu un roman dans lequel…

De son côté, il avait  radouci sa  voix pour achever de la rassurer. Il  se sentait fort, prêt à entendre une de ces historiettes dont les jeunes filles avaient le don. Cependant, par quelques mots glanés ça et là dans le récit, son instinct commença à tisonner sa tranquillité  d’esprit. 

«Seigneur, s’était-il murmuré soudain inquiet, elle a lu un roman! Un roman d’amour à n’en pas douter! Pourvu que ce ne soit pas l’œuvre d’un de ces libertins impudiques qui détournent les femmes du droit chemin!…»

- Amaury lui avait retiré ses vêtements jusqu’à ce qu’elle soit toute nue! continua la jeune fille.

Il n’eut pas le temps de soigner une réponse. La surprise lui fit se  racler la gorge tandis qu’un coup de sang lui empourpra les oreilles.  Charlotte, enhardie par son silence, continua.

- Il lui avait écrit textuellement: «dès que je serai près de vous, pas un pouce de votre corps n’échappera à mes lèvres» et…

Le prêtre Georges passa une main sur son front. Entendre les gens en confession, il en avait pourtant l’habitude! Et ce n’était pas la première fois que des femmes – des hommes aussi dans une moindre mesure - lui racontaient par le menu les différentes phases du pêché de chair…

D’ailleurs, son sacerdoce ne lui avait-il pas permis de satisfaire sa curiosité de jeune homme! Au début, il s’en était  réjoui! Seule la maturité lui avait permis de prendre du recul. Muni d’une science détaillée de ce genre d’affaires, il comprenait, conseillait, admonestait.

Mais là! Jamais de toutes les confessions licencieuses entendues dans cette obscurité, il n’avait vécu en pensées tous les détails de l’histoire. Au fur et à mesure du récit, la vision du corps dénudé de Charlotte annihilait  sa volonté. Dans ces quelques minutes où il redevint homme, où le prêtre étouffé ne put rien contredire, il perdit pied.

- Ils s’aimaient… jusqu’à éprouver des frissons de sueurs…

- Vous dites mademoiselle?

- …Ils commettaient l’acte de chair et…

Si le prêtre avait envie de répliquer, il n’en laissa rien voir. Bien qu’une colère mêlée de fièvre lui saisisse les esprits, il n’émit qu’une toux sèche. Pourtant sa conscience hurlait au scandale.

«L’acte de chair! s’était-il exclamé en lui-même. L’acte de chair! Ô dieu! J’espère qu’il ne s’agit pas de l’œuvre d’un de ces auteurs lubriques! De ceux qui ne peuvent écrire une phrase sans évoquer l’anatomie d’une femme en termes peu…»

- Et que voulez-vous dire par acte de chair? réussit-il à articuler posément.

Elle ne l’entendit pas soupirer ni ne le vit rougir. Elle s’était seulement raclé la gorge avant une grande inspiration. Quant à lui, silencieux, statufié dans l’immobilité que lui imposait sa fonction, il réussit à contenir un esprit en fièvre dans un corps pétrifié.

La honte de la situation lui causait bien un certain malaise! Mais il restait sans force, tour à tour ravi de sa fonction ou horrifié par sa défaillance.

«Quelle ignominie! s’était-il murmuré. Comment puis-je insister pour avoir les détails? Et dans quel piège me suis-je perdu?»

Absorbé par ce qu’il entendait, il avait imperceptiblement rapproché son oreille de la grille.

«Un être déloyal! continua-t-il mentalement. Voilà ce que je suis! J’abuse  de ma situation parce qu’elle me permet de surprendre les petits secrets de cette jeune fille!» 

Il s’était laissé emporter par l’histoire. Devenu chevalier couvert de gloire et de dentelles, fin bretteur escaladant la haute tour, il séduisait une Charlotte éperdue de désir qui se jetait dans ses bras.

Puis ses pensées oscillèrent à nouveau du désir vers la morale. Conscient de se déshonorer, tremblant d’être vu, le prêtre bénit mentalement les ténèbres de l’endroit.

- Vous comprenez mon père…? s’exclama  soudain la jeune fille, du ton de quelqu’un saisi d’une révélation.

Devant son silence, Charlotte avait été prise du doute naïf de parler à un garçon. Le prêtre Georges, de son côté, faillit éclater de rire. 

«Si je comprends! s’exclama-t-il intérieurement. Dans son innocence, en plus, elle me demande si je comprends, oh seigneur!» 

Un long soupir s’échappa de ses lèvres. Charlotte, surprise, suspendit son récit.

- Continuez! articula le prêtre faiblement en se traitant d’hypocrite, continuez ma fille… Je peux tout comprendre…

Dominer ses émotions s’avéra cependant plus compliqué que prévu. Déjà il  transpirait dans l’étroitesse du lieu. Ecarlate, trempé de sueur, il s’épongea le front, passa un doigt derrière  le col de son habit, se redressa pour respirer.

Quant à la chaleur de l’endroit malgré la saison avancée, c’était à s’évanouir… Il allait éclater! Sortir comme un diable de cette promiscuité, saisir la jeune Charlotte par les épaules et lui hurler que ces choses là sont vraies, qu’elle n’était pas la seule à rêver! Voilà ce qu’il voulait faire! Et c’en serait fini de sa mission, de son intégrité!… Ah le bon prêtre qu’il devenait! Un homme sans volonté, brûlant de lui dire qu’elle était belle!

«J’ai besoin de prendre l’air, conclut-il soudain. Tudieu, quelle chaleur! J’étouffe! Je…»

Le cœur affolé, les genoux  tremblants, il s’était levé de son siège.

- Vous sortez mon père?!

L’étonnement de Charlotte lui fit l’effet d’un sceau d’eau froide.

- Du tout, ma fille, fit-il tout à trac pour garder le contrôle de la situation… Une crampe m’oblige… à… à… déplier les genoux…!

Il avait l’impression de hurler, de parler haut et fort tant le sang battait sous son crâne. Il prit sur lui pour se rasseoir tout en pestant intérieurement.

«Dieu sait combien j’en ai entendu de ces confessions…! ronchonna-t-il. Mais là!!! Une enfant! Et de surcroît elle!!! Heureusement, le texte romantique à souhait, reste empreint de la pudeur et du charme d’une œuvre littéraire. Il suffit pourtant à faire basculer les pensées de cette jeune fille dans un monde de volupté qui… paraît bien capiteux…!»

Frémissant de pensées inavouables, il ne se fâcha pas. Il ne jugea pas. Charlotte  venait, par les mots, de susciter en lui le désir fou d’être l’homme de sa vie, ce mari qu’elle cherche tant! L’idée avait jailli en lui dans un éclair de joie. Joie qui bien évidemment, disparut aussi vite qu’elle était venue, laissant dans son cœur l’amertume de l’impossible.

Pourtant, au prix d’un terrible effort de volonté, l’homme qu’il devint un instant choisit de rester le conseiller spirituel d’une âme aussi jeune.

- Mademoiselle, reprit-il, mentant effrontément, ceci n’est que chimères. La vie n’est pas aussi facile. Ces choses-là… enjolivées par un auteur qui ne semble pas connaître grand chose…

Il insista, argumenta. Dans l’acharnement qu’il mettait toujours à se dominer, il retrouva ses mots: des phrases connues par cœur qui n’eurent que le mérite de lui sauver la face. Son sermon fut un chef d’œuvre de morale. Oh! Il douta bien  du résultat! Mais il lui sembla que la jeune fille s’habituait à l’idée, gêné qu’il était par l’obscurité du lieu pour étudier soigneusement ses réactions.

- En pénitence, vous réciterez dévotement une neuvaine à Notre Dame, conclut-il en administrant l’absolution

Mais si le prêtre réussit à parler, l’homme, en lui-même ne fut que rougeurs, palpitations et désirs. Le front brûlant, les jambes tremblantes, en sueur, il attendit que la jeune fille ait fini ses prières pour sortir du confessionnal.

Un banc de bois ciré lui fit office de soutien. Il  resta un moment comme  statufié, une main sur le dossier et l’autre sur le cœur. Puis sortant brusquement de sa torpeur, il se frappa le front et sortit de la chapelle à grands pas.

- Au diable mes états d’âme! s’exclama-t-il en se dirigeant vers la porte. J’en oublie ma fonction!

Il venait de dépasser le reliquaire, pressé de la rattraper.

- J’ai omis de lui demander où se trouve ce roman!! Il ne manquerait plus que toutes les pensionnaires le lisent!!!

 

Lire la suite: Chapitre 7 - Le serment du prêtre Georges

 


 

 Sommaire  Tous les livres  Couvertures BD Musique  Arbres généalogiques Votre pastiche
Recherche