Sommaire  Tous les livres BD Expositions Musique  Arbres généalogiques Votre pastiche
Recherche



The hunt for the Red Cardinal

Bradley Sinor
Susan Sinor

352 pages
Eric Flint’s Ring of Fire Press - 2018 - États-Unis
Roman

Intérêt: *

 

 

 

Ce volume comprend le roman The hunt for the Red Cardinal proprement dit, précédé de trois nouvelles, On the matter of d’Artagnan, To end the evening et All for one. Tous ces textes appartiennent à la grande famille des « 1632 series ». A l’origine se trouve le roman 1632 de l’écrivain Eric Flint. Celui-ci imagine qu’en l’an 2000, des extraterrestres envoient la ville américaine de Grantville dans l’Allemagne de 1631. Dans l’univers parallèle ainsi créé, le cours de l’Histoire se trouve profondément affecté par l’irruption des hommes, des connaissances et des technologies du XXème siècle. Le grand succès de ce roman a donné naissance à un mouvement dans lequel de nombreux auteurs et fans ont apporté leur contribution sous forme de plusieurs dizaines de romans et d’innombrables nouvelles regroupées en plusieurs dizaines d’anthologies.

La nouvelle qui ouvre le volume, On the matter of d’Artagnan, s’inscrit en plein dans la logique de cette Histoire alternative. Elle commence avec une jolie scène : on y voit Richelieu se demander qui, de Charton Heston ou Tim Curry incarne le mieux son personnage… (Heston joue le rôle du cardinal dans le film Les trois mousquetaires de Richard Lester, 1973, Curry joue le même rôle dans la version de Stephen Herek, 1993). Les photos des deux acteurs viennent bien sûr de Grantville. La ville du futur a également fait connaître au XVIIème siècle le roman de Dumas. C’est en lisant Les trois mousquetaires que Richelieu a découvert l’existence de d’Artagnan, Athos, Porthos et Aramis, et il a chargé un de ses agents nommé Montaigne de repérer des hommes d’une telle valeur. Ce qu’il fait pour d’Artagnan, ce qui permet au cardinal de le prendre à son service. Détail un peu surréaliste : ce Montaigne se révèle à la fin de la nouvelle être en fait Aramis – sauf que ce n’est plus le cas par la suite, Montaigne et Aramis devenant deux personnages distincts.

Si cette nouvelle initiale contient ainsi de bonnes idées, ce n’est malheureusement pas le cas de la suite. Les deux autres nouvelles n’ont aucun intérêt, si ce n’est, pour All for one, de mettre en scène la rencontre entre d’Artagnan et les trois autres mousquetaires.

La pièce de résistance du livre, le roman, qui occupe 300 des 350 pages, commence par un drame : alors que Louis XIII et Richelieu chevauchaient en pleine campagne pour rejoindre la reine sur le point d’accoucher, ils tombent dans une embuscade. Le roi et presque toute l’escorte sont tués, tandis que Richelieu est gravement blessé. Apprenant la nouvelle, le cardinal Tremblay (c’est-à-dire le père Joseph, conseiller de Richelieu) charge d’Artagnan d’aller récupérer le cardinal et de l’emmener jusqu’à un endroit où il pourra se remettre en sécurité. Le plus grand secret s’impose car Gaston, frère de Louis XIII, s’empare du trône et veut éliminer son ennemi Richelieu.

Dès lors, d’Artagnan, Athos, Porthos et Aramis entament un long périple à travers les provinces françaises, escortant une charrette dans laquelle repose Richelieu déguisé en simple moine. Leur voyage dure plusieurs semaines, à l’issue desquelles ils rejoignent une abbaye qui recueille le cardinal. Le tout en affrontant bien sûr divers périls : poursuite par les envoyés de Gaston, dénonciations par des aubergistes ayant identifié Richelieu, etc.

 

Le roman se révèle consternant. Il est, d’abord, incroyablement répétitif. De jour en jour, les mêmes scènes se répètent : les voyageurs cherchent leur chemin, trouvent une auberge, s’y installent, repartent le lendemain… Ces répétitions sont d’autant plus fastidieuses que les auteurs ne nous épargnent aucun détail pratique. On voit ainsi à plusieurs reprises les mousquetaires visiter les chambres d’auberge pour vérifier qu’elles leur conviennent, discuter pour se répartir les lits et pour décider qui dînera dans la salle de l’auberge et qui restera dans la chambre pour veiller sur Richelieu (!).

L’intrigue souffre aussi de sérieuses incohérences. On n’a aucune explication sur la nécessité de cet interminable périple terriblement dangereux pour le cardinal : on ne comprend pas pourquoi le père Joseph ne pouvait pas envoyer directement une troupe armée à la rescousse. La prise du pouvoir par Gaston n’est nullement décrite, on ne l’apprend qu’incidemment au cours du roman.

Plus étonnant encore : l’univers de Grantville n’apparaît quasiment pas. On apprend certes que le comte de Soissons dispose d’une liaison radio avec ses proches, grâce aux technologies venues du futur, mais cela ne joue aucun rôle dans l’intrigue. Le seul autre élément lié à Grantville tient à quelques allusions au fait qu’un certain nombre de gens connaissent le nom des quatre mousquetaires à cause du roman venu de l’avenir. Précisions enfin que seul d’Artagnan a un véritable rôle en tant que chef de l’expédition. Les trois autres mousquetaires ne sont que des ectoplasmes sans aucune personnalité.

 

Extrait du chapitre 22

A few hours later, Montaigne got back, bringing food and information with him.

"I have tracked them to a tavern where they are eating and drinking. I struck up a conversation with them, but it didn't go anywhere. Maybe they weren't drunk enough. I couldn't find out where they're staying."

"If you couldn't find that out, how could any of us?" said Athos. "You are the master spy."

"Well, I listened for a bit before I left. I heard one of them say something about the three musketeers. I don't know what that means."

"I do," exclaimed Porthos. "Months ago, before everything happened and we left on this journey, we met a man in a tavern who was talking about an up-time book by that name. It was apparently written in the future, in the 1800s, by a French author. And it was about us. Porthos," he tapped his chest, "Athos and Aramis." He pointed to them. "And D'Artagnan. It was very popular at the time. The man must have gotten it from a bookseller who had been to Germany or somewhere. Anyway, he had heard of us. One of you called me by name, which he recognized. By then you two were gone. Don't you remember me telling you about it? He accosted me, asking about all the adventures 'we' had in the book. Of course, we had never had those adventures. I had to explain that to him, that we were just three musketeers among many and not that important. I'm sure I would recognize him again." He turned to Montaigne and asked, "Was one of the men tall and thin, with fair hair and beard?"

"Yes, one of them was. What are you suggesting?" Montaigne asked.

"I'm suggesting that D'Artagnan and I, and you, go back to this tavern. If they're still there, D'Artagnan and I will go in. I will make him recognize me and then deny it. He won't know D'Artagnan, and I'll say that I have distant cousins in Paris but that I've never been there."

Montaigne nodded as Porthos told the story.

"If you can find out where they're staying, and then keep them away, I can go to their rooms to rummage around for information," Montaigne added.

"Try to find a letter from Gaston. We need the seal from it, but bring the letter back with you if you find one. Here's what we plan to do."

D'Artagnan repeated the plan to Montaigne, and then the three of them set off.

 


 

 Sommaire  Tous les livres BD Expositions Musique  Arbres généalogiques Votre pastiche
Recherche