Sommaire  Tous les livres  Couvertures BD Musique  Arbres généalogiques Votre pastiche
Recherche



Les trois mousquetaires et demi
in Le voyage inouï de Mr Rikiki

Cami

255 pages
1938 - France
Humour - Roman

Intérêt: **


L'humoriste Cami n'était décidément jamais à court d'idées pour réutiliser dans ses livres les grands héros de Dumas, et tout particulièrement les mousquetaires.
Après leur avoir donné un fils "collectif" dans Le fils des trois mousquetaires (nouvelle et roman) et les Nouveaux exploits du même, et les avoir fait revenir sur Terre sous forme de fantômes dans Les chevaliers du gai, Cami adopte une autre approche avec le "roman dialogué" que constitue Le voyage inouï de Mr. Rikiki.

Ce dernier, qui apparaît dans plusieurs livres de l'auteur, est expéditionnaire de première classe. Personnage falot, il se trouve expédié avec toute sa famille dans "l'écrevisse", la machine à voyager dans le temps conçue par son voisin inventeur (dit "le Bosselé").

Complètement déréglée, la machine les emmène au hasard dans le passé, ce qui est prétexte à de nombreux chapitres passant en revue l'histoire de France et du monde.
Une première allusion à Dumas peut être relevée dans le chapitre La Tour de Nesle (célèbre pièce de Dumas) où M. Rikiki affronte Marguerite de Bourgogne.

Mais le morceau de bravoure du roman réside dans le chapitre Les Trois Mousquetaires et demi - 1+1=1, où Rikiki vient en aide à d'Artagnan de façon plutôt inattendue (voir extrait ci-dessous).

L'aventure se poursuit dans le chapitre suivant Le Roi soleil. Après un bond en avant de vingt ans, Rikiki y retrouve d'Artagnan, qui lui fait jouer le rôle de l'homme au masque de fer afin de déjouer un complot.

Ces textes brefs jouent évidemment sur le contraste entre le minable expéditionnaire de première classe et les glorieux mousquetaires. Un humour pas toujours très fin, mais joyeusement délirant!

Extrait du chapitre 20 Les Trois mousquetaires et demi - 1+1=1

(L'intérieur de "l'Ecrevisse-à-rebrousser-les-siècles".)

MME RIKIKI.- La direction de "l'Ecrevisse" enfin réparée nous voici de nouveau sur la route des Batignolles.

M. RIKIKI.- Comment, Bosselé, vous freinez déjà?... Mais nous n'avons même pas dépassé le siècle de Louis XIII!...

BOSSELÉ.- Vous n'entendez donc pas ces bruits alarmants? Le moteur a le hoquet et "l'électro-crémaillère" grince des dents! La prudence est mère de la soupape de sûreté et m'ordonne de stopper immédiatement pour réparer. (Il freine. "L'Ecrevisse" s'immobilise.)

M. RIKIKI, regardant par un hublot.- Nous sommes dans une sorte de terrain vague. Ne bougez pas. Je vais descendre avec Bosselé pour reconnaître les lieux. (Ils descendent et s'avancent dans le terrain vague.)

BOSSELÉ, à un homme qui passe.- Pardon "homme-qui-passe", pourriez-vous nous dire quel est cet endroit?

L'HOMME-QUI-PASSE.- Ben, vous êtes derrière le couvent des "Carmes-Deschaux", le coin de Paris le plus fréquenté par les duellistes, rapport à son isolement. Faut vous dire que les duels sont interdits par un édit du cardinal de Richelieu. Tenez, justement, v'là deux cavaliers qui viennent en découdre!

M. RIKIKI, fixant un des deux inconnus qui s'avancent.- C'est bizarre... il me semble que la physionomie de ces mousquetaires ne m'est pas inconnue...

L'HOMME-QUI-PASSE.- C'est M. d'Artagnan. (Il s'éloigne.)

D'ARTAGNAN, à Rikiki et Bosselé.- Mes gentilshommes, vous plairait-il nous servir de témoins, et si le coeur vous en dit, ferrailler en notre compagnie?...

M. RIKIKI.- Permettez... nous...

D'ARTAGNAN.- A votre guise. (A son adversaire.) En garde, monsieur! (Les deux duellistes engagent le fer. A la seconde reprise, l'adversaire de d'Artagnan, tombe transpercé.)

SIX-GARDES-DU-CARDINAL, surgissant. - Ah! nous vous prenons sur le fait, monsieur d'Artagnan! C'est ainsi que vous respectez l'Edit?... Allons, pas de résistance! Rendez-vous!...

D'ARTAGNAN. - Me rendre?... Mordious! Me rendre, quand vous n'êtes que six pour m'arrêter!... Je m'en vais vous charger, messieurs les gardes!

LES SIX-GARDES, entre eux.- Il a raison, nous ne sommes que six. C'est insuffisant. Allons chercher du renfort! (Ils s'éloignent en courant.)

D'ARTAGNAN.- Les lâches!... Ils vont revenir en nombre...

M. RIKIKI. - Fuyez!

D'ARTAGNAN. - Oui, mais pour leur échapper, il faudrait qu'ils ne puissent pas me reconnaître... Comment faire?... (Soudain.) Oh! capéious!... une idée! (A Rikiki.) Mon gentilhomme, grâce à votre petite taille, vous pouvez sauver la vie de d'Artagnan!

M. RIKIKI. - Moi... je...

D'ARTAGNAN.- Oui. Il n'y a pas une seconde à perdre!... Enlevez votre chapeau, coiffez mon feutre et montez sur mes épaules! (il coiffe Rikiki de son feutre et le met à cheval sur ses épaules.)

M. RIKIKI, abasourdi.- Permettez... je...

D'ARTAGNAN. - Et maintenant, drapez-vous dans mon large manteau de mousquetaire, qui va me dissimuler complètement aux regards indiscrets. (Rikiki, aidé par Bosselé, se drape dans le manteau. D'Artagnan, portant Rikiki sur ses épaules, est complètement caché sous les plis de la vaste cape.) A nous deux, nous formons maintenant un seul et magnifique mousquetaire! Je vais marcher en ployant légèrement les genoux pour n'avoir point l'air d'un géant, et par la fente du manteau j'y verrai suffisamment pour diriger mes pas sans trop de difficultés.

BOSSELÉ.- Merveilleux stratagème. Mon cher Rikiki, vous avez à présent l'aspect imposant d'un mousquetaire de haute prestance! L'ingénieuse combinaison de vos deux corps superposés, ne formant plus, grâce à la cape, qu'un seul et superbe cavalier, met l'arithmétique en échec: 1+1=1!

M. RIKIKI.- Mais... permettez, monsieur d'Artagnan... J'ai près d'ici ma famille... et...

D'ARTAGNAN.- Qu'elle vous rejoigne à l'auberge de "la Toupie-Rouge", rue de la Pomme-de-Pin... C'est là que je loge.

M. RIKIKI, à mi-voix.- Attention, monsieur d'Artagnan!... J'aperçois une troupe de gardes qui s'avancent dans notre direction!

UN GARDE, à Rikiki.- Pardon, mon gentilhomme, n'avez-vous point aperçu sur votre route un certain d'Artagnan, que nous avons mission d'arrêter?

M. RIKIKI, bégayant de frayeur.- Vous di... di... vous di... dites... d'ar... d'ar.. d'ar... d'ar...

LES GARDES, riant.- Il ne va pas dare-dare pour causer! C'est sûrement un bègue!... Si on attend tend ses explications nous arriverons trop tard!... En avant! ... (Ils s'éloignent.)

(...)

(La nuit est tombée. D'Artagnan, portant Rikiki, arrive dans une rue de mauvaise mine et aperçoit des bandits qui entourent le carrosse d'une grande dame pour la dévaliser.)

M. RIKIKI. - Prenons une rue adjacente et n'allons pas nous mêler de...

D'ARTAGNAN. - Que dites-vous?... Laisser une faible femme aux prises avec ces drôles? Jamais... Nous allons exterminer cette canaille!... Tenez-vous bien! (Il charge les bandits, l'épée en avant, et les met en fuite après en avoir occis une demi-douzaine. Un des voleurs passe traîtreusement derrière d'Artagnan pour le poignarder dans le dos. Mais Rikiki l'aperçoit et sortant brusquement son bras de dessous le manteau applique un coup de parapluie sur le crâne du bandit qui s'écroule assommé.)

LA GRANDE DAME.- Qui êtes-vous, ô mon sauveur? O vaillant chevalier! héroïque mousquetaire?

D'ARTAGNAN, sous le manteau.- Mon nom est Rikiki-le-Terrible et j'habite l'auberge de la "Toupie-Rouge"! Si ma rapière bat les vils coquins, mon coeur bat toujours pour l'amour des belles! (Il s'éloigne rapidement.) Merci, Rikiki! Sans vous, j'étais poignardé. D'Artagnan n'oubliera jamais qu'il vous doit la vie! Jusqu'à présent, nous étions quatre amis inséparables connus sous la raison sociale: "Les Trois Mousquetaires", mais désormais, Rikiki, malgré votre petite taille, vous faites partie de notre illustre trio!...

M. RIKIKI.- Oh!... c'est trop d'honneur...

D'ARTAGNAN.- Non!... Vous êtes un brave, Rikiki! Et à partir d'aujourd'hui, on ne dira plus les Trois Mousquetaires, mais les Trois Mousquetaires et demi!


 

 Sommaire  Tous les livres  Couvertures BD Musique  Arbres généalogiques Votre pastiche
Recherche