Sommaire  Tous les livres  Couvertures BD Musique  Arbres généalogiques Votre pastiche
Recherche



D’Artagnan, mousquetaire du Roy
La véritable histoire de Charles de Batz de Castelmore

Rodolphe Thierry
Guy Sabran (illustrateur)

192 pages
Bibliothèque Rouge et Or - 1949 - France
Roman

Intérêt: 0

 

Exemple typique, parmi de nombreux autres, de livre prétendant raconter la vie du «vrai» d'Artagnan, mais le faisant de façon à peu près aussi romancée et fantaisiste que Dumas - l'imagination et le talent en moins, bien sûr.

En l'occurrence, l'auteur de cet ouvrage destiné à la jeunesse affirme lui-même, dans son avant-propos, qu'il laisse «à la réalité et à la tradition romanesque la part qui leur revient». Il en résulte une succession décousue d'anecdotes dont l'altercation à l'auberge de Saint-Dyé, où d'Artagnan se fait un ennemi pour la vie du sieur de Rosnay, la rencontre avec les trois mousquetaires Portau, Aramitz et Athos, le siège d'Arras, l'enlèvement d'une jolie aubergiste, etc...

A noter: une assez longue scène sur l'amitié entre d'Artagnan et Cyrano de Bergerac - ce qui relativise, là encore, les ambitions «historiques» de l'ouvrage.

Agréablement écrit, ce roman ne présente donc aucun intérêt. A une exception près: les nombreuses illustrations, en couleurs ou en noir et blanc, qui ne manquent pas de charme.

 

Extrait du chapitre 6 Le siège d'Arras

Les bombes surtout étaient redoutées. C'étaient des sphères de fonte emplies de poudre et munies d'une mèche qu'on allumait au départ. Cette mèche brûlait rapidement, mettait le feu à la poudre qui faisait explosion et projetait au loin des morceaux de fonte brisée, provoquant des blessures difficiles à guérir. Un jour que d'Artagnan et Cyrano, escortés de quelques hommes, observaient de loin les positions ennemies, un de ces projectiles tomba presque à leurs pieds. Il y eut un sauve-qui-peut général autour d'eux, seule tactique à adopter en pareil cas. Bondissant pour se mettre à l'abri, Cyrano de Bergerac glissa dans la boue et s'étala de tout son long à quelques pas de la bombe, dont la mèche allumée n'était déjà plus qu'un imperceptible point blanc.

D'Artagnan bondit par-dessus le corps de son camarade et saisit la bombe à pleines mains, au risque d'être déchiqueté par l'explosion. Il eut le temps d'arracher le mince fragment de cordeau enflammé qui dépassait de l'engin. Une demi-seconde de plus, et c'eût été trop tard, mais cette demi-seconde avait suffi: la bombe était rendue inoffensive. Le jeune homme la laissa retomber lourdement sur le sol, essuya son front trempé de sueur.

Cyrano s'était relevé. Malgré sa bravoure, il avait pâli et son grand nez était tout blanc.

- Sans vous... commença-t-il.

- Je vous devais bien cette revanche, lui dit d'Artagnan, et vous avez eu mille fois plus de mérite à m'arracher des mains des Espagnols.

- Mais le combat vous laissait au moins une chance, tandis que ce geste généreux que vous venez de faire vous condamnait sans merci!

- Quoi qu'il en soit, la place n'est pas favorable aux conversations, observa d'Artagnan. Je crois qu'on nous vise...

Un nouveau projectile était tombé un peu plus loin; il éclata avec un bruit de tonnerre, faisant siffler à leurs oreilles des morceaux de fonte, des pierres et des mottes de terre. Ils revinrent en toute hâte vers les retranchements, car la canonnade avait repris, très violente de part et d'autre. Au moment où ils allaient se séparer, un aide de camp les appela:

- L'ordre a été donné de se tenir prêt pour l'assaut, leur dit-il. Comme il est d'usage, c'est aux gardes que revient l'honneur d'ouvrir la tranchée. M. des Essarts en a été prévenu: il vous attend...

-- Enfin! soupirèrent ensemble les deux jeunes gens, ce n'est pas trop tôt. On commençait à s'ennuyer ferme dans ces fossés boueux...


 

 

 Sommaire  Tous les livres  Couvertures BD Musique  Arbres généalogiques Votre pastiche
Recherche