Sommaire  Tous les livres  Couvertures BD Musique  Arbres généalogiques Votre pastiche
Recherche



Les voleurs de temps

Christophe Lambert
Stéphane Bishop

134 pages
Editions Degliame - 2001 - France
SF, Fantasy - Roman

Intérêt: **

 

Ce petit roman de science-fiction destiné aux pré-adolescents appartient à la série «Antarès, agent spatio-temporel». Antarès est une sorte de policier chargé d’enquêter sur les anomalies relevées dans le déroulement du temps.

En l’occurrence, des perturbations sont observées en différents lieux et époques. Leur enquête mène Antarès et son équipe au XVIIème siècle, près d’un certain château de Bragelonne, où ils tombent sur les quatre célèbres mousquetaires…

L’arrivée de «pirates du temps» dans leur machine temporelle sème la confusion. Les mousquetaires interviennent en effet dans l’affrontement entre les deux groupes d’hommes venus du futur.

D’Artagnan ayant surpris un indice sur l’origine des pirates du temps, Antarès l’emmène dans le futur (voir extrait ci-dessous). Le mousquetaire se joint donc à l’enquête qui permettra de mettre à jour une opération visant à «voler du temps» par petites quantités un peu partout dans l’Histoire pour le «réinjecter» aux pirates afin de prolonger leur vie.

Antarès et d’Artagnan font équipe pour pénétrer le repaire des pirates dans le futur. Et le dénouement intervient dans le château d’Athos, de retour au XVIIème siècle.

Sans prétention, ce court roman est amusant. Plongé dans le futur, d’Artagnan reste aussi courageux et habile aux armes que d’habitude. Même si sa collaboration avec Antarès n’est pas des plus faciles. Les deux hommes ne s’apprécient guère, d’autant que d’Artagnan convoite Johannna, la jeune assistante de l’agent spatio-temporel, à la grande fureur de ce dernier, la jeune fille n’étant d’ailleurs pas insensible au charme de son héros de toujours! Quant aux mousquetaires, l’irruption d’hommes du futur et de leurs extravagantes machines ne les aura guère perturbés.


Extrait du chapitre 5

D'un coup bref, le Gascon retira son fleuret. Ceci eut pour effet d'arracher le corps des bras d'Antarès et de le projeter dans ceux du mousquetaire. Avant d'expirer, le moribond eut juste assez de souffle pour murmurer quelque chose, que seul d'Artagnan parut entendre…

«Ah bravo! Bravo!!! tempêta l'agent spécial. Mais vous n'aviez pas besoin de le tuer, qu'est-ce qui vous a pris?

— Je vous rappelle, Monsieur l'impertinent, qu'il tenait un objet contondant et menaçait fort d'en faire usage contre l'un de nous.»

Hors de lui, notre ami vint quasiment lui parler sous le nez:

«Mais, pauvre idiot! C'était le seul moyen de remonter jusqu'aux voleurs de Temps! Par votre faute, nous courons tous à la catastrophe!

— Sangdieu, tu viens de dépasser les bornes, maudit Danois!»

II présenta le pommeau de son épée à son rival:

«Athos, dit-il, veuillez me prêter votre fer, je vous prie. J'ai ce cuistre à moucher.

— C'est pas vrai!!» soupira l'agent sidéral, les bras au ciel.

Au même instant, son bracelet émit un signal provenant du Centre. Notre ami jeta un œil au cadran digital:

«Ah! La poisse! pesta-t-il. Ils nous renvoient dans une minute!

— Monsieur d'Artagnan, je vous en conjure, supplia la jeune femme. Si l'homme vous a soufflé un mot, dites-le nous...

— Je parlerai seulement en échange d'un baiser», répondit le mousquetaire d'un ton espiègle.

Un sifflement aigu envahit la chambre.

«Une dernière fois! clama notre héros en serrant les poings. Que vous a-t-il dit?»

Johanna et lui commençaient à se dématérialiser à vue d'œil.

«Morbleu! lâcha Porthos. Qu'est-ce encore que cette diablerie!??

— Oh, et puis tant pis pour toi!» fit Antarès.

D'un coup de pied bien ajusté, il envoya l'épée du Gascon à l'autre bout de la pièce. Puis, il empoigna ce dernier et le serra dans ses bras de toutes ses forces. Le mousquetaire écuma:

«Me lâcheras-tu, triple drôle!!??»

Et — fhhuuit — plus rien. Antarès, Johanna et d'Artagnan venaient de bondir ensemble vers le futur.

Restés seuls dans la petite chambre de Grimaud, Athos, Porthos et Aramis se regardèrent un long moment sans rien dire. Enfin, ce dernier articula:

«Athos, mon ami. Vous reste-t-il de ce fameux vin d'Anjou?

— Deux tonneaux.

— Faites-nous les porter, voulez-vous?»


 

 Sommaire  Tous les livres  Couvertures BD Musique  Arbres généalogiques Votre pastiche
Recherche