Sommaire  Tous les livres  Couvertures BD Musique  Arbres généalogiques Votre pastiche
Recherche



L’épée de d’Artagnan

Henri Vernes

45 pages
Editions Ananké - 2003 - Belgique
Nouvelle

Intérêt: *

 

Cela devait arriver: ayant vécu près de 200 aventures réparties sur une période de 50 ans, Bob Morane, chevalier des temps modernes, a rendu hommage à son modèle historique, d’Artagnan.

Le début de ce court récit, publié en complément d’un Dictionnaire des personnages (recensant tous les personnages qui apparaissent dans les nombreux volumes consacrés au héros), voit Bob Morane sollicité par un ami historien pour présider une exposition consacrée à d’Artagnan, qui se tient à Sarlat. Pièce maîtresse de la manifestation: la fabuleuse épée réalisée à la demande de Louis XIV à la mort de son mousquetaire préféré pour honorer sa mémoire, et qu’il avait offerte à la famille de d’Artagnan.

Montré en public pour la première fois, cet objet inestimable est volé dès la nuit suivant l’inauguration.

Bob Morane mène l’enquête en commençant par les archives locales. De fil en aiguille, il en arrive à la conclusion que le vol de l’épée a été commandité par le descendant d’un seigneur local qu’une violente rivalité avait opposé au mousquetaire. Ce dernier l’avait emporté, et le seigneur avait vu son château brûlé par les soldats de Louis XIV. Un affront que son lointain descendant a donc voulu venger.

Bob Morane trouve alors un repaire caché dans les ruines du château, qui a été restauré en secret, et récupère bien sûr l’épée après avoir affronté divers affreux.

 

Comparé aux nombreuses autres aventures palpitantes du héros d’Henri Vernes, ce récit est bien mineur, avec une intrigue qui tient difficilement debout. Il n’en sera pas moins apprécié des générations qui, depuis 50 ans, ont suivi avec passion les aventures échevelées de Bob Morane et de son ami Bill Ballantine (qui n’apparaît pas dans cette histoire), pour le clin d’œil rendu par le héros contemporain à son modèle historique.

Car la filiation entre le héros de Dumas et celui de Vernes est directe: qu’il lutte contre des trafiquants d’opium ou l’abominable Ombre Jaune, Bob Morane est d’un courage à toute épreuve, d’une énergie inépuisable et d’un attachement sans faille à ses amis!

 

Extrait du chapitre 2

L'inauguration s'était admirablement passée. La salle d'exposition avait eu du mal à contenir près de trois cents personnes et Bob Morane s'était senti ému au moment de couper le ruban. Voir son nom associé à celui de d'Artagnan ne pouvait le laisser indifférent. D'autant que, au temps des lectures de sa jeunesse, cet impétueux Gascon, futur Mousquetaire, avait bercé ses premiers rêves d'aventure à travers la transposition qu'Alexandre Dumas en avait faite.

Une fois le ruban coupé, Bob s'était promené dans les travées et arrêté devant plusieurs vitrines. Il avait été surpris par celles consacrées aux adaptations cinématographiques de l'illustre roman. On en comptait plus d'une centaine, chiffre quasi incroyable. Et la première remontait à 1898, aux balbutiements du cinéma. Combien en avait-il vu dans ce lot? Probablement pas plus d'une demi-douzaine. La seule qui lui fût revenue en mémoire était celle avec Gene Kelly. Une version bondissante mais un peu trop hollywoodienne à son goût. D'autres vitrines proposaient des objets d'époque évoquant la vie quotidienne d'un mousquetaire en campagne. Plusieurs mousquets rappelaient qu'ils avaient donné leur nom à ce célèbre régiment. Ils ressemblaient à des fusils, et leur précision ne devait pas excéder les dix mètres. Mais, comme tout le monde. Bob s'était attardé au centre de la pièce pour contempler le joyau de l'exposition: l'épée de d'Artagnan. Cette fois c'était la vraie, Charles de Rouffignac le lui avait garanti. À première vue, les différences étaient minimes. Et pourtant de celle-ci se dégageait une émotion particulière, un plus indéfinissable. S'il avait considéré la copie comme «magnifique», Bob ne pouvait que qualifier l'originale de «splendide», au bas mot. Et puis, le fait de se retrouver face à un objet offert par le roi Louis XIV à l'un de ses plus courageux guerriers provoquait en lui un petit pincement au cœur.


 

 

 Sommaire  Tous les livres  Couvertures BD Musique  Arbres généalogiques Votre pastiche
Recherche