Sommaire  Tous les livres  Couvertures BD Musique  Arbres généalogiques Votre pastiche

Recherche

Jérémie ! Jérémie !

Dominique Fernandez

298 pages
Grasset - 2005 - France
Roman

Intérêt: *

Curieuse histoire que celle de ce roman contemporain, centré sur un étudiant français parti à la découverte d’Haïti, mais qui évoque sans cesse Alexandre Dumas…

Le personnage principal, Fabrice Jaloux, est étudiant en lettres à Paris. Il cherche à faire un mémoire de DEA sur son auteur favori, Alexandre Dumas, mais les professeurs d’Université ne veulent pas en entendre parler. Ce qui vaut d’ailleurs des scènes des plus réjouissantes au début du roman. Le premier enseignant considère que Dumas est un auteur pour enfant, le deuxième ne s’intéresse qu’à la théorie littéraire et n’accepterait comme sujet de mémoire que «Porosité de la frontière entre mimésis et diégésis dans le roman dumassien». Quant à la troisième, elle estime que «seul les cow-boys peuvent aimer Dumas!».

Fabrice est quelque peu démoralisé par cet échec, d’autant qu’il traverse en même temps une crise sentimentale – il ne sait plus où il en est avec sa fiancée – et d’identité – il vient d’apprendre que son père, qu’il idolâtrait, était en fait collaborateur pendant la guerre…

Du coup, il décide de se joindre à un groupe de jeunes partant faire du travail humanitaire en Haïti. De quoi se changer les idées et, en même temps, enquêter sur un sujet qui le passionne: les origines familiales de Dumas, dont le père est né en Haïti des amours d’un aristocrate français et d’une esclave noire.

Le petit groupe, qui comprend entre autres un Russe, un Italien et des Belges, débarque dans l’île et s’installe à Jérémie, ville d’origine de la grand-mère de Dumas. Ils découvrent l’effroyable misère des Haïtiens, mais aussi leur vitalité et leur joie de vivre.

Les jeunes Européens commencent leur travail humanitaire (enseignement, etc.) mais ils découvrent vite que ce que l’on attend d’eux, c’est de former du personnel pour des hôtels de luxe dont la construction vient de commencer. Organisé par un mystérieux et tout puissant Consortium, le projet apparaît à Fabrice et ses amis comme devant ruiner la région et exploiter ses habitants. Le Consortium essaye d'acheter leur collaboration (voir extrait ci-dessous), mais en vain. Dans un climat de plus en plus violent, ils s’opposent au projet – et l’histoire se termine très mal.


La partie de l’intrigue qui tourne autour des projets du Consortium est à dire vrai assez peu convaincante. L’auteur, qui décrit de façon frappante la terrible misère des Haïtiens, semble considérer qu’un projet de développement touristique serait une catastrophe pour le pays. Il est vrai que, pour faire bonne mesure, il fait du Consortium une entreprise assassine, qui n’hésite pas à envoyer des petits enfants pêcher des tortues dans des rivières infestées de crocodiles, causant la mort de nombre d’entre eux!

Le roman ne s’en lit pas moins agréablement, du fait notamment de ses belles descriptions d’Haïti. Et l’omniprésence des références à Dumas, à l’histoire de son père et de sa grand-mère, ne peuvent qu’intéresser les fans de l’écrivain.


Extrait du chapitre 28

«Et puis, mon cher Fabrice, vous êtes attaché à Alexandre Dumas et à sa famille, si je ne me trompe? Vous travaillez sur son œuvre? Vous avez donc avantage à la faire connaître le plus largement possible? Quand votre thèse sera imprimée, vous aimerez qu'elle se vende? Hé! hé! on a ses intérêts d'auteur! On ne vit pas que d'eau fraîche et d'idéalisme humanitaire! Fonds de boutique aussi riche, ne se laisse pas en friche. Proverbe vaudois. Moi-même je n'ai pas lu grand-chose de Du-mas, mais un type qui a pondu des centaines de bouquins mérite le respect. Quel gaillard! Bien trop négligé aujourd'hui, n'est-ce pas? Vous n'avez pas trouvé sans peine un directeur de travaux? Votre fonds de commerce pourrait vous rester sur les bras? A vous, mon cher, de le revaloriser, par des initiatives pratiques, des méthodes modernes de promotion. Le Consortium, je m'en porte garant, vous prêtera un coup de main.»

La réfection de la place Alexandre-Dumas et la pose de plaques copiées sur le modèle parisien n'étaient qu'un début. Le projet incluait l'ouverture d'un musée Alexandre-Dumas. On y exposerait les livres de Dumas, très populaires à Jérémie, des photographies de Dumas, des objets évoquant la période coloniale de ses grands-parents paternels, avec tact, évidemment, pour ne pas froisser la susceptibilité de la population. Mais surtout, on vendrait dans la boutique annexée au musée une série d'artiles dérivés qui porteraient loin dans le monde la gloire du père des Trois Mousquetaires car les touristes ne voudraient pas avoir bronzé idiots et repartiraient de Jérémie en emportant dans leurs bagages des tee-shirts marqués à l'effigie de Dumas, des compotes de mangue, des gelées de goyave dans des pots étiquetés Dumas, des bouteilles de rhum grand cru Dumas...

«Mon cher Fabrice, vous pourriez aménager ce musée, le gouverneur ne serait pas opposé à prélever dans son budget un poste de conservateur-bibliothécaire. Quant à moi, évidemment, je me ferais un plaisir d'appuyer votre candidature, non sans suggérer au Consortium d'étoffer vos appointements...»

 

 Sommaire  Tous les livres  Couvertures BD Musique  Arbres généalogiques Votre pastiche

Recherche