Sommaire  Tous les livres  Couvertures BD Musique  Arbres généalogiques Votre pastiche

Recherche


Rita Hayworth and Shawshank Redemption
in Different seasons

Stephen King

93 pages
1982 - États-Unis
Nouvelle

Intérêt: *

 

Cette longue nouvelle – ou ce bref roman – de l’auteur de best-sellers Stephen King est un cas bien particulier en ce qui concerne les centres d’intérêt de ce site: les points de vue sont très partagés sur les relations que l’on peut établir entre ce texte et Le comte de Monte-Cristo.

L’histoire est racontée par Red, un meurtrier enfermé dans le pénitencier de Shawshank, et qui est le débrouillard de la prison, celui qui a des contacts avec l’extérieur et peut se procurer aux prisonniers, moyennant finances, ce dont ils ont besoin.

Son récit est consacré à un autre prisonnier, Andy Dufresne. Cet homme, foncièrement honnête et droit, a été condamné à mort pour le meurtre de sa femme et de l’amant de celle-ci. Un meurtre qu’il n’a pas commis, mais pour lequel tout l’accusait.

Condamné à la perpétuité, Andy découvre l’horreur de la prison: la promiscuité, les violences sexuelles, l’arbitraire total des gardiens, la violence omniprésente… Au bout d’un certain temps, il acquiert un statut privilégié dans l’établissement grâce à ses compétences professionnelles: ancien banquier, il conseille les gardiens et le directeur sur leurs problèmes financiers, fiscaux et juridiques. Ce qui lui vaut un traitement de faveur: protection contre les violences, cellule individuelle, etc.

Reste que le jour où, par le biais d’un nouvel arrivant, il recueille des informations susceptibles de permettre d'identifier le vrai coupable, le directeur de la prison – un homme particulièrement sadique – l’empêche de les utiliser (voir extrait ci-dessous).

Après une effroyable crise de rage, sa vie de prisonnier continue comme avant. Jusqu’à ce que, beaucoup plus tard, Andy disparaisse de la prison: il apparaît alors que le prisonnier modèle a consacré quelque vingt-cinq ans à préparer une stupéfiante évasion. Après quoi, il est parti au Mexique, vivre de ses économies qu’il avait réussi à dissimuler avant sa condamnation.


Ce récit est-il démarqué de Monte-Cristo? Nombre de lecteurs en sont persuadés. Les points communs sont évidents: l’innocent injustement condamné, l’emprisonnement épouvantable, l’évasion extraordinaire… La présentation du texte dans l’encyclopédie en ligne Wikipedia est catégorique: «cette histoire est une version modernisée du Comte de Monte-Cristo d’Alexandre Dumas», affirme-t-elle.

Un spécialiste comme Gennady Ulman considère que les similitudes vont beaucoup plus loin: Red initie Andy à la vie en prison, tandis que ce dernier le fait profiter de sa culture, les deux hommes jouant chacun vis-à-vis de l’autre le rôle de l’abbé Faria envers Edmond Dantès; l’évasion d’Andy est une terrible vengeance envers le directeur de la prison, qui évoquerait à la fois Villefort et Danglars; Rita Hayworth – dont le nom apparaît dans le titre car Red a procuré à Andy un poster de l’actrice pour orner le mur de sa cellule – serait le symbole de Mercédès, la fiancée d’Edmond Dantès; à la fin de l’histoire, Andy est libre et profite de son argent, comme Monte-Cristo…

Il n’en demeure pas moins que le récit de King diffère très profondément selon moi de celui de Dumas, sur des points essentiels. Le fait qu’Andy n’est pas victime d’un complot mais plutôt d’un concours de circonstances est une première différence fondamentale. Il en résulte logiquement une autre, tout aussi importante: après son évasion, Andy n’entreprend aucune vengeance.

Les interminables années d’emprisonnement, enfin, n’ont apporté à Andy ni des pouvoirs ou connaissances exceptionnels, ni la moindre fortune (l’argent dont il profite après son évasion a toujours été le sien).

Bref, un hommage à Monte-Cristo dans lequel il n’y a ni complot, ni transformation de la victime, ni enrichissement, ni vengeance, ne saurait, à mon sens, être véritablement un hommage à Monte-Cristo. Ce qui n’empêche en rien le texte de King d’être absolument passionnant !


Extrait

Andy was silent for a moment, and then he burst out:

"Well, it's a chance, isn't it?"

"Yes, of course it is. So just for a moment, Dufresne, let's assume that Blatch exists and that he is still ensconced in the Rhode Island State Penitentiary. Now what is he going to say if we bring this kettle of fish to him in a bucket? Is he going to fall down on his knees, roll his eyes, and say: 'I did it! I did it! By all means add a life term onto my charge!'?"

"How can you be so obtuse?" Andy said, so low that Chester could barely hear. But he heard the warden just fine.

"What? What did you call me?"

"Obtuse!" Andy cried. "Is it deliberate?"

"Dufresne, you've taken five minutes of my time — no, seven — and I have a very busy schedule today. So I believe we'll just declare this little meeting closed and—"

"The country club will have all the old time-cards, don't you realize that?" Andy shouted. "They'll have tax-forms and W-twos and unemployment compensation forms, all with his name on them! There will be employees there now that were there then, maybe Briggs himself! It's been fifteen years, not forever! They'll remember him! They will remember Blatch! If I've got Tommy to testify to what Blatch told him, and Briggs to testify that Blatch was there, actually working at the country club, I can get a new trial! I can—"

"Guard! Guard! Take this man away!"

"What's the matter with you?" Andy said, and Chester told me he was very nearly screaming by then. "It's my life, my chance to get out, don't you see that? And you won't make a single long-distance call to at least verify Tommy's story? Listen, I'll pay for the call! I'll pay for—"

Then there was a sound of thrashing as the guards grabbed him and started to drag him out.

"Solitary," Warden Norton said dryly. He was probably fingering his thirty-year pin as he said it. "Bread and water."

And so they dragged Andy away, totally out of control now, still screaming at the warden; Chester said you could hear him even after the door was shut: "It's my life! It's my life, don't you understand it's my life?"


 

 Sommaire  Tous les livres  Couvertures BD Musique  Arbres généalogiques Votre pastiche
Recherche