Sommaire  Tous les livres  Couvertures BD Musique  Arbres généalogiques Votre pastiche

Recherche

Apothéose de M. A. Dumas
A la suite de la première représentation de la Reine Margot!

X...

4 pages
Imprimerie de Lacour et Cie - 1847 - France
Humour - Chanson

Intérêt: **

 

 

Cette curieuse chanson a été publiée en 1847 au sommet de la gloire de Dumas, à l’occasion de la représentation de sa version théâtrale de La reine Margot en son Théâtre-Historique. Selon François Rahier, grand spécialiste du théâtre dumasien, il s’agissait probablement d’un «texte de chansonnier, sans doute chanté dans les rues et repris en chœur par les badauds auxquels on vendait la feuille».

Le texte s’inspire d’une chanson de Béranger Saint-Esprit, descends, descends jusqu’en bas et en reprend l’air. Dans celle-ci, le Saint-Esprit refuse de descendre sur Terre pour inspirer les dirigeants politiques et financiers de la France de 1847. L’Apothéose de M. Dumas renverse l’argument: là, c’est l’écrivain qui refuse de monter au ciel.

Suite au triomphe de la pièce La reine Margot, le «démon du mélodrame» exhorte en effet avec insistance Dumas: «monte au ciel, mon fils, il te tend les bras». Arguments du démon: le succès de Dumas fait de lui un saint, sa place est donc au ciel; il est bien plus «immortel» que les Quarante de l’Académie française; Napoléon et Corneille l’attendent… Bref, «le ciel est triste et tes romans ma foi pourront bien égayer Saint Pierre!». Mais à chaque argument Dumas répond «non, je n’y monte pas».

L’écrivain justifie son refus dans les deux dernières lignes de la chanson:

«Je suis, dit Dumas, en de vilains draps
Je descends… Ainsi je ne monte pas.»

Une explication plutôt obscure. L’allusion à ces «vilains draps» et à la «descente» de l’écrivain n’a pas de signification évidente. François Rahier avance l’hypothèse suivante: il y aurait «un rapport avec la situation de Dumas en cette année 1847, ses atermoiements politiques en particulier. Il descend (il refuse certaines anciennes compromissions), donc il est dans de vilains draps (en délicatesse avec le pouvoir), et donc il ne monte pas (allusion à des perspectives de carrière compromises?)».

Quelle que soit la signification exacte de ces lignes, l’auteur s’est montré bon prophète. Dans les années suivantes, Dumas ne va pas cesser de «descendre»: faillite du Théâtre-Historique, accumulation des poursuites pour dettes, saisie du château de Monte-Cristo, exil à Bruxelles pour fuir ses créanciers…

Le texte de la chanson est en tout cas amusant. Il alterne hommages sincères à l’écrivain, en saluant par exemple le tour de force d’avoir réussi à obtenir le silence de trois mille spectateurs jusqu’à quatre heures du matin, et commentaires moqueurs: si l’écrivain réussit à donner «jusqu’à quatre-vingt volumes en douze mois», c’est parce qu’il fait «à la fois manœuvrer jusqu’à dix plumes»…

Merci à François Rahier de m'avoir signalé ce texte.


Extraits

(deuxième couplet)

— Sans exciter leurs clameurs,
Ni lasser leur patience
De trois mille spectateurs
Quand on obtint le silence
Jusqu'à quatre heures du matin;
On est un saint… même un très grand saint
Je te canonise d'avance;
Monte au ciel, mon fils; il te tend les bras:
Le ciel est vilain... tu l'ennobliras

—Non répond Dumas, je n'y monte pas.

(…)

(cinquième couplet)

— Quand on donne en douze mois
Jusqu'à quatre-vingts volumes,
Quand on peut faire à la fois
Manœuvrer jusqu'à dix plumes,
Oui, l'on est bien en vérité
Digne du brevet d'immortalité,
Il faut qu'enfin tu te résumes.
Corneille t'attend, tu le rejoindras.
Monte au ciel, mon fils, il te tend les bras.»

— Non répond Dumas, je n'y monte pas.

 

 Sommaire  Tous les livres  Couvertures BD Musique  Arbres généalogiques Votre pastiche

Recherche